Catégories
Actualités News Année du Rail

Slow Train

Lors de nos recherches sur les opportunités de découverte et d’activités autour du rail, nous avons découvert l’auteure Juliette Labaronne et son livre Slow Train dans le cadre d’une interview-promotion chez France Inter. Nous ne le savions pas encore, mais nous étions prêts à embarquer pour un voyage sur les lignes atypiques de France. Entre guide et récit de voyage, l’idée de Slow Train part du souhait de son autrice de (re)donner envie de parcourir la France par le rail (hors TGV) sur des lignes anciennes et parfois oubliées.

Elle-même amoureuse des voyages en trains depuis toujours (« je n’ai pas de voiture […] quand je peux m’en passer, je le fais ! »), Juliette Labaronne découvre le monde ferroviaire de l’intérieur pendant quelques années de collaboration avec la SNCF. Elle se pique d’autant plus de curiosité pour ce monde en entendant les cheminots discuter des différentes lignes parcourues/à parcourir, aux noms très poétiques.

Slow Train Juliette Labaronne
Dans le cadre de l’Année Européenne du Rail on est curieux de tous les imaginaires et les récits au fil du rail. On vous présente ici le livre de Juliette Labaronne, Slow Train.

Juliette Labaronne explique que le titre de son livre s’inspire de deux références : 

-Les romans de la Beat Generation, dont ceux de Jack Kérouac (Sur la Route et Les Clochards Célestes). A partir du XIXe siècle le terme « beat » désignant notamment le vagabond du rail qui voyage clandestinement dans les trains de marchandises. Dans ces romans, les personnages vont de train en train (appelés les « slow trains ») sans même connaître leur destination finale.

-Le mouvement du « slow travel » et renouer avec cet imaginaire de voyager autrement sans tout prévoir, accepter les aléas et retrouver du temps pour soi. Être attentif au monde et prendre le temps de le contempler.

Les trente lignes de trains racontées dans Slow Train sont toutes très différentes et ont à la fois beaucoup en commun : la beauté et la diversité des paysages au fil du rail, l’aspect historique et culturel des lignes par de nombreuses anecdotes, et la possibilité d’embarquer son vélo dans l’aventure. Juliette Labaronne nous invite à ralentir, renouer avec ces trains « à très petite vitesse ». Elle souhaite ainsi rappeler que la destination est aussi importante que le chemin qui y conduit.

Pour vous donner un avant-goût des histoires et des itinéraires que Juliette Labaronne raconte dans son livre, voici quelques exemples des lignes de train évoquées pendant l’interview.

Une des lignes préférées de Juliette Labaronne c’est le Train des Cévennes qui traverse presque la moitié de la France. Il passe des montagnes aux plaines de Camargue et extirpe ses voyageurs du monde de l’homme. Le train des Cévennes donne le temps de voir passer ces paysages et de s’arrêter dans les petits villages pour des séances d’exploration et d’activités à mobilité douce (randonnée sur les chemins de Stevenson et canoë par exemple). Une de nos passeuses de voyage, Marie, peut vous donner une idée d’étape dans son petit coin de paradis et de nature, le Mas de la Soureilhade situé tout près de la ligne.

Le Train des Hirondelles dans le Jura comporte 21 viaducs « à une certaine hauteur, on tutoie les hirondelles […] on a l’impression d’être en avion ». Cette ligne ancienne passe dans des forêts, devant des anciennes forges ainsi que des maisons paysannes, et fait découvrir à ses passagers l’histoire de la région et la beauté de ses paysages naturels. Et si vous chercher un havre de paix au cœur du Parc Naturel région du Jura, vous ne regretterez pas de dévier légèrement des rails pour passer un séjour chez Elsa dans sa yourte, un arrêt hospitalité atypique.

Le Train des Merveilles part du niveau de la mer depuis Nice, puis sort du monde sur la frontière italienne en passant par la Vallée de la Roya. Les voyageurs observent les villages perchés sur les pitons rocheux, les bergers et les ruches. Cette ligne incontournable offre la possibilité de faire des arrêts balades et randonnées avec une perspective incroyable sur la chaîne alpine après s’être ravitaillé de gourmandises locales. En parlant de bonnes choses à manger, pourquoi ne pas rendre visite à Claudine dans sa ferme maraîchère Bio ?

Il faut comprendre qu’avec ces différents récits de lignes de trains en dehors des sentiers battus, chacun peut façonner son voyage selon le temps qu’il possède et ses envies. Maintenant, on vous laisse écouter celle qui en parle le mieux dans cette interview riche et captivante, qui on l’espère vous donnera des idées de voyages. C’est même l’occasion de mettre vos écouteurs et de vous plonger dans des rêveries au fil du rail lors de votre prochaine épopée en train !

Pour écouter le podcast, rendez-vous ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *